RETOUR

Rencontre des diffuseurs

Le 7 décembre en images



Diffuseurs d'espoir

FRATERNITÉ, ESPOIR, SOLIDARITÉ, CONVIVIALITÉ, ÉMOTION, comme un chapelet, les mots viennent pour garder vivace la 2e Rencontre des diffuseurs de Vie nouvelle. Ce 7 décembre fut une belle journée marquée du plaisir extraordinaire de se rencontrer après des mois de luttes, d’action, d’activité dans lesquelles les retraités ont montré une vitalité à toute épreuve, un esprit d’initiative et une volonté de se rassembler avec toutes les générations autour d’une des questions vitales pour l’avenir de notre société : la retraite. Et, ce n’est pas fini ! Ni pour la retraite, ni pour la perte d’autonomie ou la fiscalité. Peu d’idées neuves de la part de ce duo Sarkozy-Fillon deuxième du nom : épargner les riches, faire payer les salariés, les retraités, les plus démunis…

Même la rigueur du climat et ses retombées dans l’immense patio, cette belle cathédrale syndicale, comme le dit Michel Bühler, n’ont pu entamer l’enthousiasme des participants. La chaude couleur rouge des luttes compense tout cela et il y avait là, des dizaines de milliers d’années de combats. Toujours gagnés. On ne perd jamais à lutter. La confiance et l’espérance on le sait, chauffent le cœur et le corps.
On aime à se rencontrer, à se parler et, en bon syndicaliste, on aime surtout les défis et, celui qui attendait les cinq cents participants était de taille : réfléchir sur l’état de santé de leur magazine et rechercher ensemble des pistes de travail pour donner un coup de fouet à sa diffusion qui stagne malgré les efforts consentis par des centaines de militants. Un sujet d’autant plus ardu qu’il met chacun de nous devant ses responsabilités.
Marcel Andouard, président du Conseil de direction, plante le décor. Un discours d’une vingtaine de minutes, droit au but, il sait que la qualité de l’échange dépend pour beaucoup de son propos liminaire. De fait, les questions, mais aussi les exemples, les difficultés ou progrès réalisés vont fleurir aux quatre coins de la salle. Le temps imparti n’y suffira pas. Des militants devront à la demande du « modérateur » Michel Scheidt qui anime brillamment cette matinée faire parvenir leurs interventions par écrit. Il en sera tenu compte, c’est promis…

LA CONFIANCE ET L'ESPÉRANCE CHAUFFENT LE CŒUR ET LE CORPS. Le constat d’abord. Le chiffre de diffusion de Vie nouvelle, autour de 70 000, ne décolle pas. Et si, chaque année, nous recevons environ 4 500 abonnements nouveaux, il faut pour progresser dépasser les 6 000. Deux chiffres à méditer. Que pouvons-nous faire, que devons-nous faire pour aller vers les 100 000 abonnés ?
Une question a traversé le débat : peut-on prendre à bras le corps la diffusion de Vie nouvelle sans aborder conjointement la syndicalisation ou encore le véritable casse-tête qu’est la continuité syndicale. Si quelques unions fédérales ou sections syndicales s’y sont attelées avec succès, il demeure que, trop souvent, la retraite n’est pas seulement vécue comme une « rupture » avec le travail, mais avec le syndicalisme aussi. Des syndiqués sont ainsi privés, sans jamais l’avoir voulu, de leur carte Cgt.
De nombreux exemples ont montré qu’en liant remise du FNI retraité et abonnement d’accueil à Vie nouvelle, il n’y avait là rien d’inéluctable. Les militants de départements ruraux ont, eux, insisté avec force sur le lien privilégié que constituait notre magazine pour lutter contre l’isolement du syndiqué. L’abonnement, loin d’être un coût est alors un acte syndical majeur.
Autre question, récurrente, l’inclusion de l’abonnement dans la cotisation syndicale. Malgré le prix, au demeurant modique, cela n’est pas sans poser de problèmes. Des solutions ont été avancées : aller vers le 1 % de cotisation ou demander aux adhérents un euro supplémentaire pour le magazine.
La tonalité de cette 2e Rencontre laisse à penser que cette journée aura des suites. Les retraités -et pas seulement la ménagère de plus de cinquante ans !- sont une des cibles privilégiées des medias.
Le rôle irremplaçable joué par Vie nouvelle, seul magazine syndical en direction des retraités, lors de l’action pour les retraites, a été un révélateur pour de nombreux militants. Les dossiers, les informations, les pages loisirs et culture sont autant de moyens pour s’ouvrir à d’autres horizons et sortir de la grisaille et de la fatalité dans laquelle le pouvoir veut nous enfermer.
Avec toutes les luttes intergénérationnelles ou spécifiques aux retraités menées depuis des années, une révolution commence dans la vie de notre magazine. Vie nouvelle sort par la grande porte des permanences et des locaux syndicaux. Elle est de plus en plus présente dans les initiatives prises. Elle l’est aussi dans les congrès d’unions départementales ou de fédérations. Elle est vendue sur les marchés ou à la criée dans les manifestations.
Vie nouvelle devient ainsi un élément décisif de la bataille revendicative. Quoi de plus normal, Vie nouvelle, c’est soixante-quatre pages d’espoir.

RETOUR EN IMAGES

http://picasaweb.google.com/martineviolet/20101207FeteDesDiffuseursVieNouvelle?authkey=Gv1sRgCL74qsiuy-znCA#

Richard Vaillant
Email : vienouvelle@ucr.cgt.fr