Retour à l'accueil Retour au sommaire

N° 170


Loisirs et solidarité des retraités : Le Morbihan et l'Oise

Après LSR Jura, puis Tarbes, Vie nouvelle est allé à la rencontre des associations LSR Oise et Morbihan. Pour qui la prochaine étape ?

Morbihan : On couche dans les auberges de jeunesse !

Rando en Morbihan.

Raymond Bellec, le président, joint au téléphone, indique que « son association va fêter ses vingt années d’existence ». Avec son inimitable accent breton -tantôt chantant, tantôt plus rude- il raconte que c’est en 1996 qu’une collègue, militante comme lui à la Cgt, et travaillant à l’hôpital, lui fait connaître l’association LSR qu’il rejoindra, pour en devenir quelques années plus tard, le président.

Oise : Les andouilles de Cramoisy ce n’est pas nous, mais…

À LSR Oise, c’est un cheminot qui est à la manœuvre. Daniel Lemaire raconte : « À mon départ en retraite, en octobre 1998, je participe aux réunions des cheminots retraités de la région de Paris-Nord en tant que représentant de la section des retraités cheminots de Creil… dans l’Oise

 

 

 

Les forêts de l’Oise pemettent des  marches dans une nature préservée.



Périgord Noir, Blanc Pourpre ou Vert :
La Dordogne, département
haut en couleur

Deuxième département français pour ce qui est de la superficie, la Dordogne épouse presque parfaitement les limites de l’ancienne province nommée le Périgord. Petite visite.

Du Limousin au Nord, à l’Agenais au Sud et du Quercy côté Est, à la Gironde et aux Charentes côté Ouest, le Périgord offre une extraordinaire variété de terroirs, marqués par une grande diversité des paysages, de la flore, de l’agriculture, de l’architecture et des patrimoines ruraux, allant du granit, au calcaire, blanc ou ocre, en passant par le schiste et le grès, voire la brique et le torchis, singulièrement dans la Double, avec des toits en lauze, en ardoise, en tuiles canal, voire en planchettes de châtaigniers. Sans parler des pigeonniers et des lavoirs, des fours à pain, des séchoirs à tabac ou encore de ces cabanes de pierres sèches que l’on appelle bories…  

Architecture du XXe siècle : Les utopies réalisées

La cité Tony Garnier et ses trompe-l'œil.

En région lyonnaise se dressent cinq cités utopiques, symboles de l’audace architecturale d’un XXe siècle visionnaire. Réunis au sein du réseau Utopies réalisées ces sites livrent, aujourd’hui, leurs plus grands secrets et vous convient à un étonnant voyage dans un passé des plus futuristes, à savoir : la cité Tony Garnier à Lyon ; le quartier des Gratte-ciel à Villeurbanne - le couvent de la Tourette à Éveux - le site Le Corbusier à Firminy et la cité des Étoiles à Givors.

Changer notre regard sur l’architecture du XXe siècle, tel est le voyage auquel nous invite cette curieuse manifestation. Réalisations dont l’intérêt architectural est reconnu, tant au niveau national qu’international, ces sites incarnent les grandes utopies sociales et urbaines du siècle passé

 Van Gogh et Gauguin : Peintres de la couleur

Vincent Van Gogh (1853-1890), homme timide et pas sûr de lui, modeste et généreux, fut sans aucun doute l’un des plus grands apports de l’art hollandais à la culture européenne. Dans ses tableaux, il nous raconte son existence : le Brabant, les visages de ses amis, le carrelage de sa chambre, la paille des chaises, trente-sept autoportraits, les barreaux de l’asile, jusqu’aux fleurs qu’il a cueillies… Dans notre prochain numéro, nous aborderons le second volet de cette expo en présentant Paul Gauguin.

Corbeaux sur le champs de blé, 1890 de Van Gogh.

Au tournant de la trentaine, renonçant à sa carrière de pasteur évangélique, il vient à la peinture après avoir longtemps refoulé une grande passion de jeunesse pour le dessin. Ses premières toiles autodidactes sont très influencées par le réalisme de l’école hollandaise : le clair-obscur, les contrastes ombre/lumière, les couleurs denses et épaisses

Escales gourmandes :
A
vant-goût périgordin

Ayant eu l’inestimable chance de voir le jour sur une terre des plus gourmandes, je ne me lasse point d’en tresser les louanges ! Celles et ceux attachant de l’importance au contenu de l’assiette et à la façon de prendre le repas, se doivent de venir dans ma chère Dordogne… 

Sans vouloir offenser les autres gastronomies, c’est bien en mon terroir, et nulle part ailleurs, que Montaigne a cru bon de disserter sur la « Science de gueule » ! Natif pourtant de Normandie, André Maurois notera fort justement que « le Périgord n’est pas seulement un pays où l’on mange bien, c’est un pays où l’on mange finement et où la cuisine est tenue pour un des Beaux-arts »

La Grange aux Belles : Aventures ouvrières

Danielle Tartakowsky, historienne du mouvement social et Joël Biard, syndicaliste Cgt, ont écrit La Grange aux Belles, maison des syndicats, 1906-1989, un magnifique livre sur l’histoire du mouvement ouvrier parisien et national, à l’attention des jeunes étudiants ? Oui, d’une certaine façon, mais c’est beaucoup plus que cela. Vie nouvelle vous en donne la quintessence.

La NVO a déjà publié un article Quand le syndicaliste rencontre l’historienne (Danielle Tartakowsky et Joël Biard) dans son numéro du 17 janvier.
Ils expliquent comment ils ont réussi à produire une écriture à partir de deux approches différentes des archives qui ont été retrouvées (essentiellement venues de l’Urif-Cgt) et ont permis de se mettre au plus près de l’histoire d’un lieu qui se confond, d’un bout à l’autre, hormis la période de l’occupation nazie, avec l’histoire du militantisme Cgt dans la capitale certes, mais bien au-delà