Retour à l'accueil Retour au sommaire

N° 170


VACANCES ET RETRAITE : UN PARADOXE ?

Vacances et retraites. Deux mots qui vont bien ensemble, ou plutôt qui devraient s’accorder à tous les temps. Pourtant, on le sait, les relations du retraité et de « ses vacances » sont un peu plus complexes qu’il n’y paraît à première vue. Où peut-on aller lorsque l’on gagne moins de mille euros de pension par mois ? Cela n’est pas marginal : plus de 5 millions de retraités et personnes âgées sont dans ce cas. Basses pensions et minimum vieillesse excluent un maximum de retraités des vacances. Et pour ceux qui peuvent penser à s’évader, là encore, les aspirations sont diverses et variées. Comme si l’âge et le départ du travail avaient tracé d’autres horizons, le voyage, au loin, voir du pays, le sien souvent en priorité, s’occuper de ses fleurs et de son jardin, aller en forêt ou à la pêche, profiter de sa famille, de ses petits-enfants… Vie nouvelle ouvre le dossier.

Au loin ou chez soi, un bonheur à ne pas manquer !

La retraite n’est-elle pas une période de « grandes vacances » ? Les vacances sont-elles seulement une période de non travail ou, d’une manière plus large, une rupture avec la vie quotidienne, un temps privilégié pour la famille, l’amitié, la convivialité, la découverte d’autres cultures ou d’autres pays ? Les statistiques montrent que 12 millions de retraités n’en bénéficient pas, pourquoi ? Un manque de moyens financiers ? Une inadaptation des propositions de types de séjours ? Un manque d’appétence ?

La retraite est une étape importante de la vie, on a du temps libre. C’est le moment de faire ce que l’on n’a pas pu réaliser pendant sa vie active, pour diverses raisons, les charges familiales ou professionnelles, le manque de moyens financiers. Au cours des dernières décennies, les formes de vacances se sont modifiées, les possibilités de voyager n’ont jamais été aussi nombreuses et la pression publicitaire si pressante

Partir, un droit à gagner

Les vacances ne sont pas un supplément d’âme réservé aux plus favorisés. Elles sont d’abord un facteur structurant de l’individu. Un moment privilégié pour changer d’air, se reposer et pour tisser ou retisser du lien social. Si le droit aux congés payés date de 1936, celui de partir en vacances reste à gagner pour une majorité de nos concitoyens. Quel que soit l’âge. État des lieux.

Dans une société en crise où les repères collectifs se diluent, les vacances sont un des multiples besoins sociaux à satisfaire. Certes, le droit aux congés payés existe depuis le Front populaire, mais celui de partir en vacances n’est pas gagné pour tout le monde. Plus de la moitié de nos concitoyens sont privés de ce droit. Tout comme un enfant sur trois et… six retraités sur dix.

Le frein principal au « non départ » est d’abord celui de la faiblesse des revenus et du pouvoir d’achat qui empêchent de se projeter sur les vacances. Lorsque le montant des salaires et des retraites oblige à faire des choix, le premier poste du budget familial sacrifié est celui des loisirs, de la culture et… des vacances

Christian Borne : Séjours et loisirs pour tous les âges à la CCAS

La Caisse centrale d’activités sociales du personnel des industries électriques et gazières, plus connue sous le sigle CCAS joue depuis la Libération un rôle essentiel pour permettre aux salariés du secteur public de l’Énergie de profiter des œuvres sociales au premier rang desquelles figure le droit aux vacances à des prix abordables. Passer ses vacances dans des centres gérés par la CCAS est également possible pour les retraités des entreprises concernées. Mieux encore, ils peuvent à certaines périodes, disposer de locations avec leurs petits-enfants, ce qui améliore et prolonge le taux de fréquentation des centres. Rencontre avec Christian Borne, retraité très actif comme animateur du groupe de travail des pensionnés à la CCAS.

Quelle est l’importance de la place des retraités dans l’organisation des vacances par la CCAS ?
Nous sommes pour le droit aux vacances pour tous. Les vacances doivent être, aussi, un moment d’enrichissement culturel et d’épanouissement. Quand je dis tous, cela inclut bien sûr les retraités qui sont de plus en plus nombreux à vivre en bonne santé après leur cessation d’activité professionnelle

Témoignages : « Moi, je préfère… »

Vivre seule mais pas « solitaire »
Simone nous livre son témoignage. Pour elle, les vacances, c’est profiter de Paris. Il en est de sa retraite, comme il en est de sa vie ; si celle-ci a été active, engagée, curieuse, militante la retraite l’est devenue aussi

Ne pas oublier les anciens !
Bruno, secrétaire du CE de la SACI-JO, au Journal officiel confirme : Un CE géré par la Cgt doit prévoir l’avenir certes, mais ne pas oublier le passé. Et pour cela, il ne faut pas perdre de vue les anciens de l’entreprise, qui, vu la modernisation des métiers de la communication, sont nettement plus nombreux que les jeunes

Le bonheur est dans le pré
Claude et Claudine sont retraités depuis plus de dix ans. Ils vivent dans la Creuse, près de La Roche-Posay, dans une maison qu’ils ont achetée depuis longtemps, dans laquelle ils ont beaucoup travaillé pour en faire une demeure familiale. Ils ont deux filles et cinq petits-enfants

Après la vie à l’ombre, à l’ombre de la vie
Mohammed est « Chibani ». Il a travaillé dur, tout d’abord à Aulnay, comme ouvrier spécialisé chez Peugeot, puis, après les plans de licenciements, il a travaillé sur les chantiers. Jamais il ne s’est arrêté de travailler