Retour à l'accueil Retour au sommaire

Edito N°181


Et si demain était fait avec nous…

 

Un congrès de l’UCR tourné vers l’avenir, des retraités dans l’action. Quel plaisir et quelle satisfaction ! Au-delà de l’accueil qui fut naturellement chaleureux à Saint Etienne, les 480 congressistes dont 35 % de femmes ont débattu de manière très ouverte et dynamique mais également dans un esprit constructif et revendicatif.

Sortir d’un congrès avec le sentiment d’avoir bien travaillé, d’avoir avancé avec une direction paritaire et rajeunie, quelle satisfaction !

Ce besoin d’exister et de compter, cette volonté d’apporter une pierre à l’édifice, de peser dans la société comme dans la Cgt, quoi de plus légitime pour les retraités et les congressistes porteur de ce message fort.

Maintenant, à nous de mettre nos résolutions en musique, à commencer par un grand 3 juin 2014 à Paris. Mais mon petit doigt me dit que la mayonnaise commence à bien prendre.

Car trop c’est trop. Ça suffit, la coupe est pleine ! Les retraités refusent d’être les vaches à lait d’un système inégalitaire qui tourne le dos aux petits, aux plus faibles et vulnérables, ceux qui ont besoin de vivre dignement.

Après l’allongement de la durée de cotisation, le recul de l’âge à la retraite, la mise en cause des régimes spéciaux, le blocage de la revalorisation des retraites pendant 18 mois, voilà que le gouvernement, par la voix de son Premier Ministre Manuel Valls, nous annonce le gel des pensions. Cela fait 20 ans que les réformes se succèdent et que l’on va de recul en recul.

Aujourd’hui plus que jamais, le rapport de force s’impose pour faire aboutir nos revendications et combattre les attaques qui remettent en cause les fondements et la pérennité de la Sécurité Sociale mais aussi notre système de retraite par répartition.

Le 3 juin 2014, les retraités et retraitables de toute la France ont décidé, dans l’unité, de donner de la voix.

La répartition des richesses n’est pas qu’un slogan, elle a du sens. Dans un pacte de responsabilité et de solidarité, elle doit s’imposer naturellement. 

Pascale Terrat, membre du bureau de l'UCR
Email : ucr&cgt.fr