Le Magazine de l'UCR
je m'abonne
Espace diffuseur
Actualités › Actu

TOUS ENSEMBLE EXIGEONS UNE RETRAITE DÉCENTE !

Macron s’attaque aux droits des retraités, aux droits des chômeurs comme à ceux des futurs pensionnés concernés par la réforme des retraites par points en 2025. Il veut même reculer de 7 ans l'âge où on pourra toucher une pension de réversion. Le moment est venu de riposter, tous ensemble !

Dès les premiers jours de l’été, une canicule d’une rare intensité s’est abattue sur la France, occasionnant bien de la gêne et des dépenses supplémentaires pour les ménages, juste avant de partir en vacances.Lecteurs et lectrices de Vie nouvelle, militants et militantes de l’Union confédérale des retraités CGT,nous avons bien mérité notre pause estivale après une année de lutte pour la défense du pouvoir d’achat. Mais restons vigilants.

Une politique d’austérité insupportable

Comme jamais depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, l’actuel président de la République remet en cause les droits acquis par une vie de travail.

Fin juin, la Cour des comptes prévenait le gouvernement que les baisses d’impôts annoncées, en avril dernier, par le Premier ministre,vont accroître le déficit du budget. Comme s’il n’attendait que ça pour renforcer l’austérité, le pouvoir légifère pour réduire l’indemnisation du chômage. Et en même temps, pour reprendre la formule préférée de Macron, il annonce que la réforme des retraites par points viendra en débat après les élections municipales de mars 2020 au lieu de l’automne 2019.

Ce report lui permettrait de rendre plus présentable une réforme dont l’entrée en vigueur est prévue pour 2025! Afin de tenter d’échapper au débat sur l’âge de départ à 62 ans à taux réduit plutôt qu’à taux plein, Macron et ses ministres veulent avancer la mise en place de la loi Touraine votée en 2014. Cette loi prévoit qu’il faut avoir cotisé 167 trimestres pour bénéficier d’une retraite au taux plein pour les gens nés entre 1958 et 1960 inclus; puis 168 trimestres pour les natifs des trois années suivantes ; enfin 172 trimestres pour les natifs de 1973 et après. Ces ajustements devaient se faire entre 2020 et 2035. Mais le gouvernement veut accélérer la cadence avant le vote de sa réforme, afin que les effets néfastes paraissent moins imputables au système par points.

Un pouvoir d’achat gravement amputé

En attendant, certains ménages retraités imposables pourraient bénéficier d’une baisse de l’impôt sur le revenu pouvant atteindre 350€ sur l’année 2019 s’ils entrent dans la première tranche oude 150€ s’ils entrent dans la seconde. Mais ce sera loin de compenser ce qu’ils ont perdu via la hausse de la CSG de 25 % et le gel des pensions. Un couple de retraités, dont les deux pensions étaient de 3000€ par mois en 2017, perd plus de 50€ par mois depuis janvier 2018. Comme les pensions de retraite n’ont pas été revalorisées cette même année, il a encore perdu une quarantaine d’euros par mois via la hausse des prix. La revalorisation intervenue en 2019 ayant été limitée à 0,3%, alors que l’inflation hors tabac sera d’environ 1,5%, ce couple perd encore 36€ de plus par mois.Ces conséquences cumulées, ce sont environ 1 500€ de pouvoir d’achat perdu par an, durant ces deux années.

Des revalorisations minimisées et reportées

Mais la situation n’est pas meilleure pour les ménages de retraités non imposables. On leur promet une ré-indexation des petites pensions sur l’inflation, mais seulement pour 2020 et sans que l’on sache pour le moment qui sera concerné.

Avant 2009, la revalorisation des pensions de la Caisse nationale d’assurance vieillesse (Cnav) intervenait en janvier. Entre 2009 et 2013,ce fut à partir d’avril. La loi de 2014 a décalé cette revalorisation à octobre. Comme si une telle succession de retards ne suffisait pas, l’équipe de Macron décida que la revalorisation devant intervenir en octobre 2018 serait repoussée en janvier 2019 et limitée à 0,3%.

Ces réductions et sous revalorisations des pensions entrainent des pertes de pouvoir d’achat récurrentes durant toute notre vie de retraités. Ce qui est vrai pour la Cnav l’est aussi pour l’Agirc et l’Arrco dont les pensions n’ont été revalorisées que de 0,6% en novembre 2018, après des années de blocage

Soyons plus forts ensemble les 24 septembre et 8 octobre

Dès le 24 septembre, nous allons reprendre le combat. Le 8 octobre les 9 oraganisations de retraités appellent à manifester. Au regard des attaques du pouvoir contre les droits retraités, des futurs retraités et des chômeurs, les luttes des uns et des autres sont appelées à converger et pourraient mettre ce pouvoir en échec.

Gérard Le Puill


 Pension de réversion, l’âge d’accès reculé de 7 ans !

Après la hausse de la CSG, le gouvernement s’attaque aux pensions de réversion. Aujourd’hui la pension de réversion qui, en cas de décès d’un conjoint retraité, permet à son conjoint de toucher une partie de sa pension, est calculée selon un taux de 54 à 60 % selon les régimes de retraites. Le rapport Delevoye préconise de changer le mode calcul : les revenus du conjoint restant devront être équivalent à 70 % du total des deux pensions.

Ce mode de calcul qui peut légèrement avantager le conjoint qui dispose d’une plus petite retraite, sert à masquer la mesure essentielle : le recul de l’âge à partir duquel on pourra toucher cette pension de réversion : il passera de 55 ans aujourd’hui à 62 ans, soit un recul de 7 ans si la réforme envisagée passe !

4,4 millions de retraités perçoivent aujourd’hui une pension de réversion, dont 89 % sont des femmes, et leurs pensions restent en moyenne 25 % inférieures à celles des hommes. Le recul de l’âge donnant accès à une pension de réversion est inacceptable !


Voir et télécharger les tracts de l'UCR CGT et des 9 organisations de retraités.

Préparer ma retraite
Vous vous interrogez sur la date exacte de votre départ à la retraite.Sur la date à partir de laquelle vous devez faire valoir vos droits à la retraite, les démarches à entreprendre, le montant de votre ou vos pensions...

Lire la suite

Mes droits en chiffres
Retraites, Pensions, Allocations, Minima, Sécurité sociale, CMU, APA, SMIC, RSA; Prix, Loyers...

Lire la suite

Ce qu'il faut savoir
Taxe d'habitation : degrevement ou pas ? Nouveau !

Lire la suite

TEMOINS
Achille Blondeau

Ancien dirigeant CGT des mineurs, résistant, déporté, est décédé samedi 21 septembre. José Fort l’a bien connu et il « aimait beaucoup cet homme vrai »…

Lire la suite